Depuis 2003, les propriétaires immobiliers doivent fournir à leurs acheteurs et locataires un bilan des principaux phénomènes dangereux (pollution, inondation, séisme, etc.) auxquels leurs biens sont exposés. Des informations précieuses pour prendre sa décision et pour les futurs occupants des lieux.

Qu’est-ce que l’IAL ?

L’information des acquéreurs et des locataires (IAL) fait partie des diagnostics immobiliers obligatoires que les propriétaires doivent adresser aux futurs acquéreurs ou locataires de logements, bureaux, commerces ou terrains, même inconstructibles, si ces derniers sont exposés à un risque naturel, minier, technologique ou au recul du trait de côte. Un état des risques doit figurer dans le dossier de diagnostic technique (DDT) annexé à la promesse et à l’acte de vente ou au bail de location.

Son but ? Permettre aux futurs occupants des lieux de se décider en toute connaissance de causes. Dans certains cas, le bien ou le terrain est soumis à certaines contraintes, notamment en matière de droit à construire ou de travaux obligatoires à réaliser.

Photo aérienne de la crue de la Seine à Triel-sur-Seine, dans les Yvelines, le 30 Janvier 2018.
Jeff Marso

L’obligation s’applique aux biens situés : 

  • dans une zone réglementée par un ou des plans de prévention des risques (PPR), que ces derniers soient naturels (inondations, mouvements de sol…), technologiques (liés aux industries) ou miniers ;
  • dans une zone de sismicité (à partir du niveau 2) ;
  • dans une zone susceptible d’être atteinte par le recul du trait de côte ;
  • dans un secteur d’information sur les sols (pollution des sols) ;
  • dans une zone à potentiel radon élevé (niveau 3). 

Télécharger la brochure sur l’IAL - Vous y trouverez plus d’informations sur la manière de remplir son état des risques

Contrairement à d’autres diagnostics immobiliers obligatoires, l’IAL ne nécessite pas de recourir à un professionnel agréé. Le propriétaire peut remplir lui-même son état des risques. Des modèles de formulaires sont disponibles en ligne. Toute façon de faire est valide juridiquement, à partir du moment où le document comporte toutes les informations requises par l'article R. 125-24  du Code de l’Environnement, et où il est à jour au moment de la transaction. 

Errial, le service qui simplifie l’IAL

Depuis février 2021, le ministère chargé de l’écologie a créé un service en ligne pour faciliter la création d’un état des risques : Errial. Celui-ci permet de faire sa déclaration en quelques clics. À partir de son adresse ou du numéro de sa parcelle, l’outil génère automatiquement un état des risques pouvant affecter le bien, prêt à être téléchargé et partagé. Il appartient ensuite au propriétaire de vérifier les informations et, le cas échéant, de compléter le document avec les informations disponibles sur le site Internet de sa préfecture. Il doit également mentionner toute indemnisation de sinistre concernant ce bien qui a fait suite à une catastrophe naturelle ou technologique.

Remplir son état de risque

 

Que se passe-t-il si je ne fournis pas d’état des risques ou bien s’il n’est pas valide le jour de la signature ?

Le non-respect de l’obligation d’IAL peut entraîner une annulation du contrat de vente ou de location, ou une diminution du prix de vente ou du loyer. 

En outre, toute annonce immobilière, quel que soit son support de diffusion, doit désormais porter cette mention : « Les informations sur les risques auxquels ce bien est exposé sont disponibles sur le site Géorisques : www.georisques.gouv.fr ».

Photo d’une maison en bord de falaise. On y voit clairement l’érosion de la falaise et des éboulements.
Laurent Mignaux / Terra