Sol pollué par un liquide

En matière de sites et sols pollués, les démarches de gestion mises en place s’appuient sur les principes suivants : prévenir les pollutions futures, mettre en sécurité les sites nouvellement découverts, connaître, surveiller et maîtriser les impacts, traiter et réhabiliter en fonction de l’usage puis pérenniser cet usage, garder la mémoire, impliquer l’ensemble des acteurs.

Pour en savoir plus :

 

La politique de gestion des sites et sols pollués ou susceptibles de l'être s’est d’abord fondée sur un important travail initial de recensement. Puis, suivant les avancées des autres pays dans ce domaine, la politique de réhabilitation et de traitement des sites s’est infléchie à la fin des années 1990 vers une politique de gestion des risques en fonction de l’usage. Fondée sur l’examen et la gestion du risque, plus que sur le niveau de pollution intrinsèque, cette politique nécessite de garder la mémoire des pollutions et des actions de réhabilitation mises en œuvre, mais aussi de fixer des usages des sols compatibles avec les pollutions résiduelles après traitement du site.

CASIAS : Carte des Anciens Sites Industriels et Activités de Services

Pourquoi CASIAS ?

La carte des anciens sites industriels et activités de services (CASIAS) recense les anciennes activités susceptibles d’être à l’origine d’une pollution des sols. Il peut s’agir d’anciennes activités industrielles (qu’il s’agisse d’industries lourdes, manufacturières, etc.) ou encore d’anciennes activités de services potentiellement polluantes (par exemple les blanchisseries, les stations-services et garages, etc.). Elle témoigne notamment de l’histoire industrielle d’un territoire depuis la fin du 19ème siècle.

La constitution de la CASIAS a pour finalité de conserver la mémoire d'anciens sites industriels et activités de service pour fournir des informations utiles à la planification urbanistique et à la protection de la santé publique et de l'environnement.

Il faut souligner que la CASIAS est une cartographie de l’histoire des activités industrielles ou de services qui se sont succédées au cours du temps sur un territoire, et ne préjuge pas de la pollution effective des sols des établissements recensés.

La France a été l’un des premiers pays européens à conduire des inventaires des sites pollués ou susceptibles de l'être d’une façon systématique (premier inventaire en 1978). 
 
Débuté à la fin des années 90, la réalisation d'inventaires historiques régionaux (IHR) des sites industriels et activités de service, en activité ou non, s'est accompagnée de la création d’une base de données nationale : la base de données des anciens sites industriels et activités de services intitulée « BASIAS ».

Les inventaires ont été réalisés à l'échelle départementale et à la précision des cartes 1/25 000, variables en fonction de la qualité des plans d'archives disponibles parfois très anciens. Ils ont pu être complétés par des inventaires historiques urbains (IHU) réalisés par certaines communes et agglomérations à l'échelle du parcellaire cadastral et avec une meilleure exhaustivité.
 
En novembre 2021, le système d'information géographique constitué par la CASIAS, carte des Anciens Sites Industriels et Activités de Services, a intégré les sites répertoriés dans BASIAS. Ce système d’information géographique est évolutif : d’autres données y seront inclues ultérieurement.

Les informations contenues dans la CASIAS seront enrichies progressivement par des informations sur des établissements, ayant cessé leur activité industrielle ou de service, sélectionnés depuis d’autres bases de données de l’Etat (Base de données nationale des Installations Classées (S3IC), Guichet unique numérique de l’environnement (GUNenv), Système national d’identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements (Base SIRENE de l’INSEE), ...). 

A la date de sa constitution fin 2021, la CASIAS contient environ 322 970 anciens sites industriels et activités de service recensés sur le territoire français, repris de l’ancienne base de données BASIAS.

 

Présentation

Contenu
Comment ?

Conformément à l’article L125-6 du code de l’environnement modifié par l’article 173 de la loi ALUR (loi n° 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové) et à l’article R. 125-48 introduit pour l'application du IV de l'article L. 125-6, la CASIAS a pour objet de répondre à l’obligation qui est faite à l’Etat de publier, au regard des informations dont il dispose, une carte des anciens sites industriels et activités de services. Cette obligation consiste notamment au report dans un système d'information géographique des sites répertoriés au titre de l'arrêté du 10 décembre 1998 relatif à la création d'une base de données sur les sites industriels et d'activités de service anciens (BASIAS). 

Dans sa réalisation pratique, les inventaires historiques régionaux (IHR) des sites industriels et activités de service, en activité ou non ont été menés par département. Ils étaient mis en place, suivis et contrôlés par un comité de pilotage qui définissait le cadre de l'opération (période couverte par le recensement, nature des activités recherchées) et avait la possibilité d’aménager la méthodologie nationale en fonction des spécificités du département concerné. Les informations ont été recherchées dans les dossiers conservés principalement dans les centres d'Archives Départementales et Préfectorales et parfois complétées par des visites rapides et/ou par des enquêtes auprès des mairies concernées par des sites inventoriés dans les archives et/ou encore par des inventaires préexistants (par exemple : anciens recensements départementaux de décharges brutes, inventaires locaux, annuaires professionnels …).

Les résultats des inventaires historiques régionaux (IHR) ont été engrangés dans la base de données BASIAS. Les périodes couvertes depuis la fin du 18ème siècle, les types d'activités, les méthodologies suivies et spécificités, les sources de données consultées… sont résumées dans les préambules départementaux accompagnant les données recensées (accessibles dès lors qu'un département est sélectionné sur la page "Accès aux données").

A partir de novembre 2021, le déploiement de la CASIAS dans laquelle les informations de la base de données BASIAS ont été intégrées, s’accompagnera progressivement d’opérations de mise à jour des informations dont l’Etat a connaissance sur des établissement industriels et d'activités de service ayant cessé leur activité ou des sites ayant subi un évènement pouvant conduire à éventuelle pollution à leur endroit (dépôts illégaux de déchets, zones impactées par un accident de transport, un incendie…). 

Pour qui ?

La CASIAS a pour objectif d'aider, dans les limites des informations dont l’Etat a connaissance, les notaires et les détenteurs des sites, actuels ou futurs, pour toutes transactions immobilières. Il faut souligner que l'inscription d'un établissement dans la CASIAS ne préjuge pas d'une éventuelle pollution à son endroit.

L’article L.125-6 du Code de l’environnement stipule que le certificat d'urbanisme prévu à l'article L. 410-1 du code de l'urbanisme indique si le terrain est situé sur un site répertorié sur cette carte ou sur un ancien site industriel ou de service dont le service instructeur du certificat d'urbanisme a connaissance. Par ailleurs, l’article L.514-20 du code de l’environnement impose une obligation d’information de l’acheteur lorsqu’une installation soumise à autorisation ou à enregistrement a été exploitée sur un terrain.

Un guide méthodologique à l'attention des collectivités relatif aux secteurs d'information sur les sols (SIS) et à la carte des anciens sites industriels et activités de service (CASIAS) est mis à disposition dans la rubrique des Outils de gestion du site thématique d'InfoTerre qui décrit la politique et la méthodologie nationale de gestion des sites et sols pollués mises en place par le ministère en charge de l'environnement.

Principales limites de la CASIAS

La CASIAS peut comporter certaines limites dans son utilisation, notamment :

  • Une qualité variable des informations bancarisées est observée selon l’accessibilité et de la précision des archives consultées. En effet, l’archivage des informations portant sur chaque établissement industriel est d’autant plus lacunaire que l’activité est ancienne. Par ailleurs, ces documents anciens peuvent contenir des informations erronées ou être incomplets, ce qui se répercute sur les données bancarisées. Des archives ont également pu être détruites par le passé ;
  • Des erreurs de localisation peuvent exister et la précision sur la localisation des sites est variable, en fonction de la précision des cartes ou des adresses présentes dans les dossiers d’archives ou de la nature des informations disponibles ;
  • Il existe un certain nombre de sites identifiés mais non localisés (sans coordonnées géographiques) qui n’apparaissent pas dans la cartographie (par exemple : cas d’anciens sites industriels cités dans les archives mais comportant une adresse imprécise) ;
  • Les données d’un établissement ne peuvent être exhaustives tant au niveau des périodes couvertes que des activités ou événements inventoriées, ni à jour (voir les dates de réalisation des inventaires dans les préambules départementaux ou la date de mise à jour de la fiche). L’histoire d’un établissement industriel a pu connaitre des changements depuis les derniers documents archivés ou depuis la date de saisie des informations. De même, une activité industrielle apparaissant à une date postérieure à la date de fin de dépouillement des archives peut ne pas figurer pas dans la base. Néanmoins les données peuvent être rectifiées et complétées à la demande ;
  • L’existence d’un établissement ans CASIAS ne préjuge pas d'une éventuelle pollution à son endroit.

 

Contexte législatif

Contenu
Cadre général

En matière de sites et sols pollués, les démarches de gestion mises en place s’appuient sur les principes suivants : prévenir les pollutions futures, mettre en sécurité les sites nouvellement découverts, connaître, surveiller et maîtriser les impacts, traiter et réhabiliter en fonction de l’usage puis pérenniser cet usage, garder la mémoire, impliquer l’ensemble des acteurs.

Les sites et sols pollués ne font pas l’objet d’un cadre juridique spécifique mais s’appuient principalement sur la législation des installations classées et notamment sur le Livre V - Prévention des pollutions, des risques et des nuisances du code de l’environnement.

IHR et BASIAS

Initié par la circulaire du 03 décembre 1993 relative à la politique de réhabilitation et de traitement des sites et sols pollués (abrogée), la "recherche systématique et organisée des sites concernés, permettant une définition concertée des priorités d'intervention" a conduit à la réalisation d’inventaires historiques régionaux (IHR) des sites industriels et activités de service, en activité ou non, pouvant avoir occasionné une pollution des sols. Dans sa réalisation pratique, les IHR furent menés par département. Ils ont été mis en place, suivis et contrôlés par un Comité de Pilotage qui définissait le cadre de l'opération, et aménage la méthodologie nationale en fonction des spécificités du département concerné.

==> De plus amples détails sur la composition du comité de pilotage, sur le cadrage de l'IHR et sur les particularités de la méthodologie adoptée, sont donnés dans le préambule relatif au département consulté.

Les résultats des inventaires historiques régionaux (IHR) ont été engrangés dans la base de données des anciens sites industriels et activités de service (BASIAS) dont la finalité est de conserver la mémoire de ces sites pour fournir des informations utiles à la planification urbanistique et à la protection de la santé publique et de l'environnement. Cette base de données a aussi pour objectif d'aider, dans les limites des informations récoltées, forcément non exhaustives, les notaires et les détenteurs des sites, actuels ou futurs, pour toutes transactions immobilières.

Loi ALUR et création de CASIAS 

L’article 173 de la loi ALUR (loi n° 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové) et le décret d'application 2015-1353 du 26 octobre 2015 mentionnent que l’Etat publie la Carte des Anciens Sites Industriels et Activités de Services (CASIAS). Le certificat d'urbanisme indiquera si le terrain est concerné par un ancien site industriel ou de service inventorié et localisé sur la carte. Initialement élaborée à partir de la base nationale BASIAS, la CASIAS est régulièrement complétée et actualisée par des données d’établissements industriels ou de service après cessation d’activité provenant d’autres bases de données de l’État. 

Information des Acquéreurs et Locataires (IAL)

La loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages a créé dans son article 77, codifié à l'article L.125-5 du code de l'environnement, une obligation d'information de l'acheteur ou du locataire de tout bien immobilier (bâti et non-bâti) situé en zone de sismicité ou/et dans un plan de prévention des risques prescrit ou approuvé.

L’article 173 de la loi ALUR, codifié à l’article L. 125-7 du code de l’environnement, impose une obligation d'information de l'acheteur ou du locataire de tout bien immobilier (bâti et non-bâti) pour les terrains situés sur un secteur d’information sur les sols (SIS).

L’article L.514-20 du code de l’environnement impose une obligation d’information de l’acheteur lorsqu’une installation soumise à autorisation ou à enregistrement a été exploitée sur un terrain.

 

Accès aux données

Contenu

La base de données traitant des données en lien avec les anciens sites industriels et activités de services est en cours de mise à jour. Des opérations de maintenance du site internet sont régulièrement programmées. Le retour à la normale de l’ensemble des fonctionnalités du site et des contenus des fiches d’information se fera progressivement d’ici les prochaines semaines. Nous vous remercions de votre compréhension.

Pour effectuer une recherche dans BASIAS, cliquez ici.

 

Contact / FAQ

Contenu

CONTACT : formulaire de contact GéoRisques

Les questions et demandes seront traitées dans un délai de quatre semaines.

Les données de la CASIAS sont accessibles et gratuites sur ce site internet. Il s'agit de la version la plus à jour des données de la base : tout information émanant d'un autre canal (ancienne fiche BASIAS ou fiche CASIAS imprimée, export daté...) peut s'avérer obsolète vis-à-vis de possibles actualisations du contenu de la base.

LISTES DES QUESTIONS LE PLUS SOUVENT POSEES

Question 1 : Un établissement recensé dans la CASIAS est-il pollué ?

La carte des anciens sites industriels et activités de services (CASIAS) recense les anciennes activités susceptibles d’être à l’origine d’une pollution des sols. Il peut s’agir d’anciennes activités industrielles (qu’il s’agisse d’industries lourdes, manufacturières, etc.) ou encore d’anciennes activités de services potentiellement polluantes (par exemple les blanchisseries, les stations-services et garages, etc.). Elle témoigne notamment de l’histoire industrielle d’un territoire au moins depuis le milieu du 19ème siècle.

L'inscription d’un établissement dans la CASIAS ne préjuge pas d’une éventuelle pollution à son endroit

Question 2 : Quelles sont les limites des inventaires ?

Les limites sont précisées dans les préambules départementaux pour les données issues de la base de données BASIAS : elles dépendent des cadrages, périodes couvertes, types d'activités retenus, accessibilité et qualité des archives, échelle et précision cartographique... 

Les inventaires ne peuvent être exhaustifs pour ces raisons. Ils peuvent être actualisés en fonction des demandes et des besoins (ministères, collectivités...) comme en Rhône-Alpes récemment, par des reprises régionales plus complètes ou par des inventaires plus ciblés sur les communes et agglomérations (inventaires historiques urbains, IHU). Les listes de sites sont plus complètes que les cartes, certains sites n'ayant pu être localisés et donc non visualisables de manière cartographique (coordonnées XY non saisies ou site non géolocalisé).

Il est recommandé de prendre connaissance dans la rubrique « Accès aux données » du Préambule national et, après sélection du département interrogé, du "Préambule départemental" qui expliquent pour chaque département : le cadrage, la période couverte, les activités retenues, les archives dépouillées, la méthodologie suivie et les limites de l'inventaire départemental pour le département concerné. Des rapports plus détaillés à propos de la réalisation des inventaires départementaux et de la constitution de BASIAS ont été publiés et accessibles sur le site web du BRGM/rapports publics.

Question 3 : Quelle est la précision concernant la localisation sites ?

Les inventaires ayant constitué la base BASIAS ont été menés à une échelle départementale. Les anciens sites sont repérés sur les fonds géographiques à partir des informations disponibles de qualité variable par des points (coordonnées X, Y) représentant les « centroïdes » de sites ou leurs adresses à l’échelle du 1/25 000ème (1 cm correspondant à 250 m), non utilisables directement à l’échelle du cadastre (du 1/200ème au 1/5000ème suivant les feuilles). Un pourcentage variable d’anciens sites reste non localisable par manque d’informations sur leurs adresses et l’absence de plans de situation dans les dossiers d’archives.

Les points des sites, ne pouvant rendre compte de l’extension réelle des sites, restent donc indicatifs et ne peuvent en aucun cas être utilisés tels quels sans les vérifications indispensables par rapport aux informations fournies par les fiches d’information de la CASIAS. Il peut également être observé des décalages en zoomant le point du site au niveau parcellaire en raison du manque de précision de l'échelle du 1/25 000. La consultation des photos aériennes d’époque accessibles sur le site web "remonter le temps" peut permettre également d’améliorer la précision de localisation des terrains occupés par les anciennes activités industrielles.

Dans le cas où la commune a réalisé un IHU (Inventaire Historique Urbain du passé industriel) plus complet sur son territoire, les sites sont rattachés aux parcelles du cadastre et ont une bonne précision cartographique. Dans les années à venir, les périmètres (emprises) des sites les plus récents seront progressivement cartographiés dans la CASIAS.

Question 4 : Quels sont les risques si le site est pollué ?

Les risques varient avec la nature et la concentration des polluants présents, la géologie, l'hydrogéologie et surtout avec le type d'usage du sol. La présence d'un polluant dans un sol n'induit pas nécessairement un risque pour les personnes vivant sur le site ou à proximité. Sans changement d'usage, les risques ne peuvent guère aller qu'en décroissant avec le temps en raison de la dilution, de la dégradation physico-chimique ou biologique et de la fixation des polluants dans certaines phases du sol. Ce phénomène est dénommé : atténuation naturelle. Pour un site vieux de plus de vingt ans, les impacts ne sont en général plus susceptibles d'apparaître qu'à l'occasion d'un changement d'usage tel que construction d'une nouvelle usine, d'une école ou d'un lotissement sur un ancien site industriel ou une ancienne décharge.

Question 5 : Comment évaluer les risques quand le besoin se fait sentir ?

La méthodologie de gestion des sites et sols pollués ou susceptibles de l'être mise en place à la fin des années 90 a été révisée en 2007 puis en 2017. Les bureaux d'études certifiés présents sur le marché sont en mesure de les mettre en œuvre en suivant la norme AFNOR NF X 31-620. Voir le site web : Sites et sols pollués.

Question 6 : Qui doit faire réaliser ces études ?

Il n'est généralement pas obligatoire de procéder à de telles investigations. Cependant elles peuvent s'avérer utiles dans certaines circonstances, notamment pour procéder à une levée de doute dans le cadre de vente ou achat du site, de changement d'usage, de constat de dommages… et peuvent permettre d'éviter des contentieux ultérieurs. Dans ce cas, la charge de la réalisation incombe au détenteur du site sauf dans le cas où l'ancien exploitant, responsable de la pollution existe encore.

Question 7 : Qui peut faire ces prestations du domaine des sites et sols pollués ?

Il existe en France de nombreux bureaux d'études et de sociétés certifiés selon la norme NF X 31-620 ou équivalent, susceptibles de réaliser de telles études.

Question 8 : Comment connaître les polluants susceptibles d'être présents sur un site ?

La fiche d’information de la CASIAS permet en général de connaître le type d'activité qui a été exercé sur le site, repéré par le code NAF (Nomenclature des Activités Françaises). Une matrice de corrélation Activités-Polluants donnant, par activités les types de polluants susceptibles d'être rencontrés, régulièrement actualisée à partir de différentes bases de données thématiques disponibles (données disponibles sur le site web Bd Activipoll).  

Question 9 : Que faire en cas de vente d'un terrain concerné par CASIAS ?

L’inscription d’un site dans la CASIAS n’est aucunement bloquant dans le cadre d'une vente. Il s’agit d’un élément d’information qui est porté à la connaissance de l’acquéreur.

L'information de l'acquéreur est une obligation tant au regard du Code Civil (vice caché) qu'au regard, anciennement de l'article 8.1 de la loi du 19 juillet 1976 relative aux installations classées pour la protection de l'environnement soumises à autorisation, qu'au regard de l'actuel Code de L'environnement (partie Législative), Livre 5 : Prévention des pollutions, des risques et des nuisances, Chapitre IV : Contrôle et contentieux des installations classées, Section 3 : Protection des tiers : Article L514-20 :

« Lorsqu'une installation soumise à autorisation ou à enregistrement a été exploitée sur un terrain, le vendeur de ce terrain est tenu d'en informer par écrit l'acheteur ; il l'informe également, pour autant qu'il les connaisse, des dangers ou inconvénients importants qui résultent de l'exploitation.

Si le vendeur est l'exploitant de l'installation, il indique également par écrit à l'acheteur si son activité a entraîné la manipulation ou le stockage de substances chimiques ou radioactives. L'acte de vente atteste de l'accomplissement de cette formalité.

A défaut, et si une pollution constatée rend le terrain impropre à la destination précisée dans le contrat, dans un délai de deux ans à compter de la découverte de la pollution, l'acheteur a le choix de demander la résolution de la vente ou de se faire restituer une partie du prix ; il peut aussi demander la réhabilitation du site aux frais du vendeur, lorsque le coût de cette réhabilitation ne paraît pas disproportionné par rapport au prix de vente. »

Les notaires doivent veiller à ce que cette information soit respectée. Les conditions de vente sont ensuite librement débattues entre vendeur et acquéreur.

Question 10 : Comment avoir des informations complémentaires ?

Les fiches établies dans le cadre de BASIAS pour un site portent généralement dans la rubrique Bibliographie la référence des sources d'information auxquelles il a été fait appel pour leur instruction (par exemple, numéros de dossiers et de séries dans les archives départementales, préfectorales ou autres). Il est alors possible à la personne intéressée de se reporter à ces dossiers.

Question 11 : Comment identifier exactement l'emplacement du site ancien ?

Les informations disponibles sont d'une part les adresses anciennes (mais les noms de rues et la numérotation ont pu changer) et d'autre part, chaque fois que possible, les coordonnées de géolocalisation du centre du site déterminées à partir d'une carte au 1/25 000. Ces informations sont parfois insuffisantes pour situer exactement un site, il est alors conseillé de se référer aux documents d'archives ayant permis l'établissement de la fiche.

Question 12 : Quelle est la différence entre CASIAS et BASIAS ?

Le sigle CASIAS a été introduit par l’article 173 de la loi ALUR (loi n° 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové) et le décret d'application 2015-1353 du 26 octobre 2015 qui mentionnent que l’Etat publie la Carte des Anciens Sites Industriels et Activités de Services (CASIAS).

L’État reporte dans un système d'information géographique, au regard des informations dont il dispose, une « carte des anciens sites industriels et activités de services » (CASIAS) conformément au IV de l’article L.125-6 du Code de l'environnement. La carte CASIAS est élaborée à partir de la base nationale BASIAS. A l’avenir, la CASIAS sera régulièrement complétée et actualisée par des données d’établissements industriels ou de service après cessation d’activité provenant d’autres bases de données de l’État. 

Le certificat d'urbanisme indiquera si le terrain est concerné par un ancien site industriel ou de service inventorié et localisé sur la carte CASIAS, et si un ancien site industriel dont le service instructeur du certificat d'urbanisme a connaissance est localisé sur le terrain qui fait l’objet de la demande d’autorisation d’urbanisme.

Question 13 : Puis-je avoir accès à d'autres format d'exports que ceux proposés par le menu "Accès aux données?

Des données extraites de l’ancienne base BASIAS sont proposées en téléchargement sous forme de fichier au format CSV via l’onglet « Données ». Pour un public averti à l'exploitation de données cartographiques, il est aussi possible d'accéder aux données à partir de services web cartographiques (WMS et WFS), spécifiques à GéoRisques, à partir du lien suivant : https://www.georisques.gouv.fr/services .

Question 14 : Comment demander à modifier le contenu d'une fiche CASIAS ?

La CASIAS n'étant pas exempte d'erreurs, toute demande de modification d’informations dans la CASIAS est à adresser à casias@brgm.fr par un ayant droit (propriétaire, exploitant, notaire, administration…) pourra être prise en compte dès lors que la demande est en cohérence avec l’objectif de conservation de la mémoire des activités qui ont été exercées sur un lieu et qu’elle soit accompagnée (pièce-jointe du mail) de la copie scannée des éléments probatoires correspondants, du numéro SIRET de l'établissement présent sur le site et de la mention de l'identifiant de la fiche CASIAS à modifier (SSPxxxxxxx).

Par exemple pour faire apparaître la mention "Activité terminée" sur une fiche CASIAS, il convient de faire parvenir la copie scannée de la déclaration de cessation d’exploitation document (ou attestation de la DREAL ou autre justificatif pouvant faire foi) prévue aux articles suivants du code de l’environnement : à l’article R. 512-39-1-I pour les sites soumis à autorisation, à l’article R. 512-46-26-I pour les  sites soumis à enregistrement et à l'article R. 512-66-1 pour les sites soumis à déclaration (formulaire disponible sur le site Service-Public.fr).

Question 15 : Quelle est la procédure à suivre pour demander la création d'une fiche CASIAS ?

Pour contribuer à l’enrichissement de la CASIAS, laquelle ne saurait être exhaustive, nous nous remercions de bien vouloir contacter casias@brgm.fr en accompagnant votre demande de :

  • l’identité du demandeur (exploitant du site, propriétaire, administration, notaire…) et son motif légitime de demander la création d’une fiche ;
  • le(s) nom(s) usuel(s) ou d’enseigne de(s) l’établissement(s) exploitant(s) actuel(s) et/ou passé(s) ;
  • le nom de la raison sociale de(s) l’établissement(s) exploitant(s) actuel(s) et/ou passé(s) ;
  • le(s) N° SIRET de(s) établissement exploitant(s) actuel(s) et/ou passé(s) ;
  • éventuellement, le(s) identifiant(s) du site s’il est recensé dans d’autre base de données locales, régionales ou nationales ;
  • l’état d’activité (fermé ou ouvert) et la nature des activités principales et secondaires exploités avec date de début et fin de chacune des activités ;
  • éventuellement, l‘indication d’événement sur ce site (incendie, déversement accidentel, entreposage de déchets…) ;
  • l’adresse la plus précise possible et éventuellement des éléments de précision sur sa localisation géographique ;
  • les coordonnées XY du centre approximatif du site (et son référentiel) ;
  • les références cadastrales actuelles concernées par le site en indiquant la commune, la feuille, la section et le numéro des parcelles ;
  • si possible, les conclusions d’un éventuel rapport d’étude de diagnostic / de dépollution / de démantèlement des installations… et ses références, dates et auteurs ;
  • le nouvel usage existant ou envisagé sur le site, s’il n’y a plus d’activité industrielle.

Pour la bonne prise en compte de ces informations par nos services, les informations fournies doivent être accompagnées des justificatifs pertinents (copie scannée des éléments probatoires correspondants : document officiel, extrait Kbis, attestation de la DREAL ou autre justificatif pouvant faire foi, rapports…) permettant d'en confirmer la raison sociale, les activités, les dates, et la localisation du site (plans, relevés cadastraux, photographies aériennes…).

Question 16 : Comment savoir si un terrain est référencé dans la CASIAS ?

Sur la page "Connaître les risques près de chez soi", vous pouvez saisir l'adresse (ou les références cadastrales) du terrain concerné puis cliquer sur le bouton "Accéder aux informations", parcourir la page jusqu'à la rubrique Pollution des sols, SIS et anciens sites industriels "LA LOCALISATION EST-ELLE VOISINE D'ANCIENS SITES INDUSTRIELS ET ACTIVITÉS DE SERVICE (BASIAS) ?" puis cliquer sur le lien "Pour plus de détail" pour accéder à une vue cartographique de la CASIAS.

Question 17 : Puis-je demander qu'un site référencé dans la CASIAS soit supprimé de cette base ?

Nous attirons votre attention sur le fait que la finalité de la CASIAS (base à vocation historique) étant de conserver la mémoire des activités qui ont été exercées sur un lieu (cf. art. 1 de l’arrêté de création de Basias du 10 décembre 1998) et dont l’Etat pu avoir connaissance, il n’est pas possible de supprimer la fiche demandée, à moins que l'activité déclarée n'ait jamais eu lieu sur ce site.

Pour autant, la CASIAS n'étant pas exempte d'erreurs, toute demande de modification d’informations dans la CASIAS est à adresser à casias@brgm.fr par un ayant droit (propriétaire, exploitant, notaire, administration…) pourra être prise en compte dès lors que la demande est en cohérence avec l’objectif de conservation de la mémoire des activités qui ont été exercées sur un lieu et qu’elle soit accompagnée (pièce-jointe du mail) de la copie scannée des éléments probatoires correspondants, du numéro SIRET de l'établissement présent sur le site et de la mention de l'identifiant de la fiche CASIAS à modifier (SSPxxxxxxx).

 

Aide

Contenu

Note : les données de la CASIAS sont accessibles et gratuites sur ce site internet. Il s'agit de la version la plus à jour des données de la base : tout information émanant d'un autre canal (fiche CASIAS ou BASIAS imprimée, export daté...) peut s'avérer obsolète vis-à-vis de possibles actualisations du contenu de la base.

1. Accès aux fiches des sites par l'identifiant d'un site ou par liste ou par carte

On peut accéder aux recherches de la fiche d'un site ou des fiches de sites d'un département ou d'une commune du département à partir du menu Accès aux données.

Il est recommandé de prendre connaissance du préambule départemental (sous le nom du département sélectionné), qui précise l'année de l'inventaire et le cadre de l'inventaire historique des anciens sites industriels (IHR) ayant alimenté la base BASIAS dans le département (méthode suivie, types d’activités retenus, période couverte, résultats statistiques), téléchargeable en fichier pdf (Adobe reader) :

  • pour rechercher un seul site dont on connaît le numéro, on saisit l'identifiant Casias (SSPxxxxxxx) dans le champs dédié  ;
  • pour rechercher les sites CASIAS dans un département ou une commune du département et obtenir la liste ou la carte, on sélectionne la région puis le département dans la liste déroulante correspondante. La sélection d'une commune dans la liste déroulante des communes, ne peut se faire qu'après avoir choisi un département (la sélection d'un département permet de restreindre la liste des communes au département sélectionné) ;
  • on sélectionnera ensuite les activités, en cliquant sur le bouton AJOUTER qui ouvre la liste des groupes d'activités de la nomenclature nationale Insee (codes NAF). En cliquant sur (+) on peut ouvrir les types d'activités dans un groupe. On pourra sélectionner ainsi soit "Toutes activités", soit une activité précise dans le territoire recherché (département, commune). Si on souhaite modifier, on cliquera sur RETIRER puis à nouveau sur AJOUTER pour accéder à la liste ;
  • pour terminer la recherche, on cliquera sur RECHERCHER pour obtenir les résultats de la recherche.

On peut choisir de visualiser les résultats de la recherche sur un fond cartographique en cliquant sur Carte, les sites CASIAS sont représentés par des carrés accompagnés des identifiants des sites. On pourra obtenir l'information sur les sites en cliquant sur les carrés.

2. Informations sur les fiches pdf de la base de données BASIAS téléchargeables dans la partie "Document(s) associé(s) Carte(s) et plan(s)" de la fiche CASIAS 

  • CHAMPS DE LA FICHE DETAILLEE :
 
1) Identification du site : (Indice départemental , Unité gestionnaire , Créateur(s) de la fiche , Date de création de la fiche , Nom(s) usuel(s) , Raison sociale de l'entreprise connue , Siège(s) social(aux) , Sous surveillance ? , Etat de connaissance , Visite du site , Date de visite , Commentaire(s) , Autres identifications , Numéro , Organisme ou BD associée , Modificateur(s) de la fiche , Nom , Date)
2) Consultation à propos du site : (Consultation de la mairie , Date de consultation , Réponse de la mairie , Date de réponse , Consultation des services déconcentrés de l'état , Nom du service , Consultation , Date de consultation , Nom , Date de réponse)
3) Localisation du site : (Adresse (ancien format) , Dernière adresse , Numéro , Numéro activité , Type , Nom , Précision centroïde , Localisation , Code INSEE , Commune principale , Arrondissement , Zone Lambert , Précision centroïde , X saisi (m) , X Lambert II étendu (m) , Y saisi (m) , Y Lambert II étendu (m) , X adresse , Y adresse , Précision adresse , Altitude(m) , Précision altitude , Carte géologique , Numéro , Huitième , Carte(s) et plan(s) consulté(s) , Carte consultée , Echelle , Année d'édition , Présence du site ? , Référence du dossier , Autre(s) commune(s) concernée(s) , Code INSEE , Commune , Arrondissement , Commentaire(s))
4) Propriété du site : (Nombre de propriétaires actuels , Propriétaire(s) , Date de référence , Nom ou raison sociale , Type , Exploitant , Référence(s) cadastrale(s) des parcelles occupées (tout ou partie) par le site , Cadastre , Date , Echelle , Section , Parcelle , Commentaire(s))
5) Activité(s) : (Date début de première activité , Date fin de dernière activité , Origine de la date , Site en activité ? , Historique de(s) (l')activité(s) sur le site , Ordre , Date première activité , Date denière activité , Code activité , Libellé de l'activité , Importance de l'activité , Groupe selon SEI , Autres informations , Origine de la date début , Référence du dossier , Produits utilisés ou générés par l'activité sur le site , N° ordre , Code produit , Libellé du produit , Quantité m3 , Quantité tonnes/semaine , Exploitant(s) , Date de début d'exploitation , Date de fin d'exploitation , Nom de l'exploitant ou raison sociale , Accident(s) , Date , Type d'accident , Type de pollution , Milieu touché , Impact , Référence rapport)
6) Utilisation et projet(s) : (Nombre d'utilisateur(s) actuel(s) , Utilisateur(s) , Nom de l'exploitant ou raison sociale , Type , Statut de l'utilisateur , Surface totale actuelle (ha) , Surface bâtie actuelle (m2) , Code POS-PLU , Site réaménagé ? , Site en friche ? , Type de réaménagement (ancien format) , Projet de réaménagement (ancien format) , Type de réaménagement , Projet de réaménagement , Réaménagement sensible ? , Projet sensible ? , Maître d'ouvrage , Commentaire(s))
7) Environnement : (Milieu implantation , Captage AEP ? , Référence BSS , Distance (m) , Position , Périmètre de protection ? , Formation superficielle , Substratum , Zones de contraintes et d'intérêts particuliers , Type de zone ou d'intérêts particuliers , Distance (m) , Commanditaire(s) , Nom de la nappe , Type de nappe , Type aquifère , Code du système aquifère , Nom du système , Profondeur minimale (m) , Amplitude piezo (m) , Coefficient perméabilité (m/s) , Référence étude , Commentaire(s))
8) Etudes et actions : (Etude(s) connue(s) ? , Requalification paysagère connue ? , Sélection des sites , Date de première étude connue , Nature de la décision , Diagnostic initial A , Date de première étude connue , Nature de la décision , Diagnostic initial B , Date de première étude connue , Nature de la décision , Evaluation simplifiée des risques (ESR) , Date de première étude connue , Nature de la décision , Diagnostic approfondi des risques , Date de première étude connue , Nature de la décision , Evaluation détaillée des risques (EDR) , Date de première étude connue , Nature de la décision , Traitement , Date de première étude connue , Nature de la décision )
9) Bibliographie : (Source(s) d'information , Chronologie de l'information , Autre(s) source(s) , Donnée(s) complémentaire(s) , Références , Code activité , Activité(s) , Référence du dossier , Références , Nom , Echelle , Référence du dossier )
10) Documents associés : (Documents associés , Type , Nom , Origine)

11) Synthèse historique : (Synthèse historique)

 

Droits d'usage

Contenu

Description des données

Les données présentes dans la CASIAS proviennent pour la plupart d'entre-elles de la base de données BASIAS. BASIAS est une œuvre collective protégée par le Code de la Propriété Intellectuelle, dont l'auteur est le Bureau de Recherches Géologiques et Minières. Par application de l'article L. 122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle, toute autre utilisation devra faire l'objet d'un accord exprès, préalable et écrit du BRGM en particulier concernant les écrans de navigation, les logos, images et photos pour lesquels toute reproduction, totale ou partielle, ou imitation, est interdite. Par application de l'article L. 342-3 du Code de la Propriété Intellectuelle, seules sont autorisées l'extraction ou la réutilisation d'une partie non substantielle du contenu de la base, par la personne qui y a licitement accès.

Limites de responsabilités

Ni le BRGM ni aucune partie ayant concouru à la création, à la réalisation, à la diffusion, à l'hébergement ou à la maintenance de ce site ne pourra être tenu pour responsable de tout dommage direct ou indirect consécutif à l'accès et/ou utilisation de ce site par un internaute. Par ailleurs, les utilisateurs sont pleinement responsables des interrogations qu'ils formulent ainsi que de l'interprétation et de l'utilisation qu'ils font des résultats.
Le BRGM n'apporte aucune garantie quant à l'exactitude et au caractère exhaustif des informations délivrées.

Seules les informations livrées à notre connaissance ont été transposées, sachant que nombre de sites industriels sont soit oubliés, soit non répertoriés à ce jour. De plus, les données résultent d'une compilation archivistique, de telle sorte que la responsabilité du BRGM ne saurait être engagée.

Même si le BRGM utilise les meilleures techniques disponibles à ce jour pour veiller à la qualité du site, les éléments qu'il comprend peuvent comporter des inexactitudes ou erreurs non intentionnelles. Le BRGM remercie par avance les utilisateurs disposés à lui communiquer des éléments correctifs ou complémentaires dont ils auraient la connaissance. 

Le BRGM ne garantit pas le fonctionnement ininterrompu ni le fait que le serveur de ce site soit exempt de virus ou d'autre élément susceptible de créer des dommages. Le BRGM peut modifier le contenu de ce site sans avertissement préalable.

Les données de CASIAS sont accessibles et gratuites sur ce site internet. Il s'agit de la version la plus à jour des données de la base : tout information émanant d'un autre canal (fiche CASIAS ou BASIAS imprimée, export daté...) peut s'avérer obsolète vis-à-vis de possibles actualisations du contenu de la base.

Droits d'auteur
Ce site et les éléments qu'il contient constituent une œuvre protégée par le code français de la propriété intellectuelle et les traités internationaux, et sont destinés à un usage personnel et non commercial de la part de ses utilisateurs. Le BRGM accorde aux utilisateurs le droit de visiter le site et de charger ou copier les informations, images, documents et tout élément du site pour l'usage privé à l'exclusion de tout usage commercial. Les usages autres que ceux visés au paragraphe ci-dessus sont autorisés par le BRGM, sous réserve de faire l'objet d'une déclaration écrite préalable formulée en cliquant sur le bouton " contactez-nous " et comprenant les éléments suivants :

  • l'usage projeté en distinguant en particulier si le demandeur est l'utilisateur final ou un utilisateur intermédiaire et si l'utilisation sera source directe ou indirecte de revenus ;
  • à accompagner le document reproduit de la mention "donnée extraite du site Géorisques, développé par le BRGM" ;
  • à ne pas mutiler les documents, ni en trahir le sens ou l'expression ;
  • à accompagner tout extrait d'image du site récupéré par copie d'écran du logo du BRGM.
 

Accès et disponibilité du service et des liens

Ce site peut contenir des liens et références à des sites Internet appartenant à des tiers. Ces liens et références sont là dans l'intérêt et pour le confort des utilisateurs et ceci n'implique de la part du BRGM ni responsabilité, ni approbation des informations contenues dans ces sites.

Données à caractère personnel
En accédant à ce site, certaines informations relatives aux utilisateurs, telles que des adresses de protocole Internet, les logiciels utilisés, le temps passé, etc. seront enregistrées et conservées sur le serveur du BRGM. Ces informations n'identifieront pas les utilisateurs et de telles informations ne seront utilisées que pour les seuls besoins de l'analyse de la fréquentation du site. Si les utilisateurs fournissent des informations nominatives au sens de la Loi " Informatique et Liberté ", ces informations ne seront utilisées qu'à des fins statistiques et ne seront ni publiées ni rendues disponibles à des tiers. Le BRGM ne vend ni ne met à disposition les données nominatives ainsi transmises.
Toute personne concernée par des informations nominatives peut en obtenir communication. Il peut également demander à ce que soient rectifiées, complétées, mises à jour ou effacées ces informations. Les demandes visées au présent paragraphe doivent être adressées par écrit ou e-mail à l'adresse suivante :

BRGM Direction de la Communication et des Editions
3, avenue Claude Guillemin
45060 ORLEANS Cedex 2
SEC_DCE@brgm.fr

 

Valorisation nationale et compléments

Contenu
Résidus marée noire

Accès à la liste des sites classés et des fiches détaillées pour les départements :

 

Etablissements sensibles

Démarche de diagnostic des établissements recevant des populations dites sensibles implantés sur/ou à proximité immédiate d’anciens sites industriels ou d’activités de service recensés dans la base BASIAS. 

Pour en savoir plus : démarche sur les établissements sensibles.